Baisse des APL : qui est le plus impacté ?

Le gouvernement a décidé de réduire de 5 € par mois le montant des allocations de logement. Ce montant paraît modeste mais comme il porte sur plus de 6 millions de bénéficiaires le total économisé est significatif.

La réduction des allocations de logement frappe les ménages les plus modestes. Si l’on s’en tient aux seuls locataires, certains accédants pouvant bénéficier aussi d’une allocation de logement, l’Enquête logement 2013 indique que c’est 76% des locataires du premier quartile de revenu qui en bénéficient. Ils représentent eux-mêmes 70% des bénéficiaires (hors étudiants). De toutes les aides au logement les aides à la personne sont de loin les plus sociales. Elles le sont notamment beaucoup plus que le secteur locatif social qui héberge aussi des locataires figurant dans les tranches de revenu les plus élevés.

On précise quels sont les ménages les plus impactés par la baisse et on discute l’impact de l’APL sur les loyers.

Comme complément on peut écouter l’émission sur ce sujet sur France Culture :  https://www.franceculture.fr/emissions/le-magazine-du-week-end/de-la-baisse-des-apl-au-choc-doffre-quelles-politiques-pour-le

Continuer la lecture

Publié dans Aides à la personne, Politiques du logement | Marqué avec , , , | 4 commentaires

La politique du logement en 5 graphiques

La politique du logement consiste en une réglementation abondante mais aussi en aides publiques qui sont comptabilisées dans le Compte du logement. Ce sont ces dépenses publiques qui font l’objet des 5 graphiques commentés suivants. Continuer la lecture

Publié dans Aides à la personne, Logements vacants, Politiques du logement | Laisser un commentaire

Loyers imputés : évaluation, fiscalité, croissance

Les loyers imputés sont les loyers que les propriétaires occupants paieraient s’ils étaient locataires de leur logement[1]. Ces loyers sont évalués et entrent dans le chiffrage du produit intérieur brut, le PIB, dont le montant représente la richesse produite par un pays. On montre que l’estimation faite actuellement surévalue leur montant. Deuxièmement, comme ils constituent une valeur effective, ils peuvent faire l’objet d’une taxation en tant que revenu. On suggère d’en créer une pour remplacer la taxe foncière. Enfin comme les loyers imputés représentent la valeur produite par l’occupation des logements existants, on propose de manière un peu provocatrice d’accueillir un million de réfugiés, voire plus, dans les près de 3 millions de logements vacant, pour générer du PIB à peu de frais.

Continuer la lecture

Publié dans Immobilier et économie, Logements vacants, Politiques du logement | Laisser un commentaire

Effets d’une relance de la construction sur l’économie et l’emploi

Un argument couramment utilisé pour justifier le soutien de la construction par l’intervention publique est que cette activité a des effets positifs sur les autres activités économiques et sur l’emploi. L’objet de ce texte est de tenter une quantification de ces effets multiplicateurs pour les comparer au soutien éventuel à d’autres activités. On présente d’abord l’information fournie par le tableau entrées-sorties de la comptabilité nationale. On mesure ensuite les effets directs sur la richesse et l’emploi d’un accroissement de la demande dans les branches immobilières. On envisage enfin les moyens utilisés par les pouvoirs publics pour accroître cette demande.

La suite sur le site www.politiquedulogement.com

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Observatoire des loyers : un éclairage économique

Les médias se font l’écho de la difficile mise en place de l’observatoire des loyers par la ville de Lille dans le cadre de la loi ALUR sur l’encadrement des loyers. En fait des instances représentatives des milieux professionnels mènent une action judiciaire contre cet observatoire. L’économiste n’a pas à prendre parti dans ce conflit mais il peut fournir l’éclairage de l’analyse économique sur les enjeux de l’observatoire et sur les effets possibles de l’encadrement. Continuer la lecture

Publié dans Marchés immobiliers, Politiques du logement | Laisser un commentaire

Inverser la courbe de la vacance des logements

La grande ambition actuelle des pouvoirs publics est d’inverser la courbe du chômage. Cette courbe exprime l’évolution d’un excès de l’offre de travail de la part des individus par rapport à la demande de la part des employeurs. La même situation se manifeste sur le marché du logement. Loin de montrer une pénurie, le marché montre un excès croissant de l’offre de logement par rapport à la demande. Cet excès se manifeste dans la courbe de la vacance. On fait ici quelques réflexions économiques en s’appuyant sur un rapprochement entre le marché du travail et celui du logement. Continuer la lecture

Publié dans Logements vacants, Marchés immobiliers | Laisser un commentaire

Immobilier à 1 € : est-ce le prix de marché ?

Il est apparu ces derniers temps dans les médias que certaines communes vendent, ou envisagent de vendre, des biens immobiliers à 1 €. Il s’agit de communes de Normandie (Champ-du-Boult dans le Calvados) et de Bretagne (Berrien dans le Finistère et Moustoir dans les Côtes d’Armor) qui ont mis en vente des terrains à bâtir à 1 €/m². Il s’agit aussi de la commune de Roubaix qui envisage de vendre à 1 € des maisons vétustes à rénover, comme l’a fait en Angleterre la ville de Liverpool en Angleterre. Les terrains situés en zones rurales avaient été proposés à la vente à des prix supérieurs et n’avaient pas trouvé preneurs alors qu’au prix de 1 € ils ont l’objet d’un nouvel intérêt. Les maisons à Roubaix étaient plutôt promises à la démolition. Ces opérations méritent quelques réflexions économiques, du point de vue des intervenants mais aussi du point de vue de l’intérêt collectif. Continuer la lecture

Publié dans Marchés immobiliers, Non classé, Politiques du logement | Un commentaire

La construction de logements en régions et en Ile-de-France

La demande de logements émane des personnes et est donc déterminée à l’origine par des phénomènes démographiques. Du côté de l’offre de logements, la construction est la principale forme d’accroissement du stock pour faire face à un accroissement de la demande. Au niveau national les volumes de construction sont amplement suffisants pour satisfaire la demande de logements (Voir :Faut-il construire 500 000 logements par an .) Mais qu’en est-il au niveau local ? Construit-on suffisamment ou trop peu dans les différentes régions françaises ? On fournit ici une explication chiffrée des volumes de construction en régions en fonction des évolutions démographiques. Il ressort notamment de cette analyse que les volumes de construction de logement sont en dessous de la normale en Ile-de-France. Continuer la lecture

Publié dans Marchés immobiliers | Laisser un commentaire

Marchés locaux du logement : il n’y a pas de zones tendues

Certains marchés locaux du logement sont considérés comme tendus. On examine ici la réalité de ce phénomène. On montre qu’il n’y a pas de zones particulièrement tendues en France et que cette appréciation résulte d’une confusion entre les notions différentes de zones tendues et zones chères. Continuer la lecture

Publié dans Marchés immobiliers | 4 commentaires

La crise grecque et l’immobilier

Un des problèmes cruciaux de la Grèce est de retrouver une croissance lui permettant de faire face à ses obligations à l’égard de ses créanciers. On se penche ici sur le rôle que peut jouer l’immobilier dans la solution de ce problème.

La répartition du Produit Intérieur Brut (PIB) entre les différentes activités économiques est représentée dans le graphique ci-dessous. Pour permettre la comparaison, on représente également la structure des activités en France. Continuer la lecture

Publié dans Grèce, Immobilier et économie, Marchés immobiliers | Laisser un commentaire